Lectures conseillées

Daniel Maggetti

12 mois, 12 auteurs, 12 livres
Un voyage singulier et pluriel dans la littérature romande. Dans Lectures conseillées de Daniel Maggetti, comme dans les anthologie d'antan, le souci n'est pas celui de la complétude, mais celui de donner envie de lire.
Lus, médités, repris, certains textes deviennent des compagnons de route avec lesquelles on instaure un dialogue aussi discret qu'ininterrompu. Daniel Maggetti présente ici une douzaine de ses références littéraires au rythme d'une par mois, de janvier à décembre. Il commente des œuvres d'écrivains de Suisse romande, dont il fait entendre la voix dans une sélection d'extraits. Suite d'essais libres autant qu'anthologie personnelle, ces Lectures conseillées tantôt musardent, tantôt éclairent, tantôt dépoussièrent. Frayant le chemin au lecteur, Daniel Maggetti l'encourage à poursuivre l'échange amorcé et à retrouver ailleurs celles et ceux qu'il côtoie lui-même avec bonheur.

Lectures et extraits d'œuvres de Claude-Inga Barbey, Jean-Luc Benoziglio, Isabelle de Charrière, Charles-Albert Cingria, Catherine Colomb, Pierre Girard, C.-F. Ramuz, Alice Rivaz, Jacques Roman, Gustave Roud, Monique Saint-Hélier, Rodolphe Töpffer.

Questions à Daniel Maggetti

von la rédaction

Publiziert am 30/04/2002

J'ai toujours éprouvé une certaine affection pour les anthologies scolaires: leur ton normatif, leurs jugements péremptoires m'ont toujours attendri davantage qu'agacé. Ce goût s'étant accentué avec l'âge, j'ai eu envie de m'y mettre à mon tour: voici le résultat. Ce florilège personnel cumule les défauts généralement prêtés aux livres de son espèce: il opère une sélection discutable, n'a rien de systématique, et succombe à la tentation de se déguiser en almanach. Vous y trouverez douze textes d’auteurs, des célèbres comme des oubliés et des peu connus, tous liés à la Suisse romande, appartenant à des époques et à des genres différents. Dans les brefs essais qui précèdent chaque extrait, j'ai tenté de mettre un frein à l'arbitraire en exposant les raisons de mon choix; peut-être vous convaincront-elles. Si, au fil des mois et des fêtes patronales, mes fréquentations littéraires deviennent les vôtres, un de mes buts – les faire découvrir – sera atteint. Dans un élan d'optimisme inconsidéré, j'ai même pensé que vous pourriez poursuivre votre exploration de l’œuvre de ces écrivains: d'où les notices ajoutées en fin de volume, qui sont là pour fournir des repères aux plus diligents parmi vous.


Une anthologie, des lectures «conseillées»: votre projet se veut-il pédagogique?


J’ai en effet aussi été animé par un souci quelque peu «pédagogique»: car si on dispose depuis quelques années, avec l’Histoire de la littérature en Suisse romande, d’un manuel fiable et utile, j’ai souvent constaté que, pour les étudiants d’ici, et à plus forte raison pour ceux de l’étranger, le contact direct avec les textes demeurait problématique, voire aléatoire. Dans ce sens, j’ai imaginé que ce livre pourrait combler une lacune. J’ai souvent pensé, lors de la rédaction, à l’enseignement que j’ai dispensé, en France ou au Portugal, où les ouvrages d’auteurs suisses romands sont si difficiles à trouver…


N’y a-t-il pas aussi d’autres éléments qui vous auraient poussé?


Bien entendu: l’aspect «pédagogique» n’est qu’un parmi d’autres – j’espère que ça se devine! D’un point de vue plus personnel, j’avais envie de faire partager quelques-uns de mes enthousiasmes littéraires, en restreignant volontairement le cadre (si je n’ai pas voulu sortir de l’univers suisse romand, cela ne signifie pas que je m’y cantonne dans mes lectures, loin de là). Envie aussi de montrer ce qui à mes yeux est une évidence, mais qui ne l’est pas pour tout le monde, à savoir que l’on trouve, dans la littérature «de proximité», des expressions variées, des œuvres passionnantes, des textes qui vieillissent très bien. Cette envie est sous-tendue par un espoir: celui d’éveiller la curiosité des lecteurs, et de les stimuler pour qu’ils aillent découvrir l’ensemble des ouvrages dont je leur propose des extraits, voire même pour qu’ils lisent d’autres livres des écrivains présentés.


Vous avez sélectionné beaucoup d’auteurs du XXe siècle…


J’ai limité mon choix à douze écrivains, ce qui était très difficile… et forcément partial et partiel. L’un des critères que j’ai retenus, par-delà la représentativité historique, impossible à garantir avec un si petit échantillonnage, a été la possibilité d’avoir accès aux textes. Cela s’inscrit dans le projet: il faut que le lecteur puisse, s’il le souhaite, se procurer facilement les œuvres dont je parle – or la majorité d’entre elles sont rééditées, et disponibles dans des collections de poche.
Il est vrai d’autre part que le XXe siècle offre un grand nombre d’écrivains remarquables en Suisse romande: autant s’en rendre compte une fois, en soulignant la diversité de leurs talents. Par ailleurs, il reste toujours la possibilité de préparer un deuxième volume de Lectures conseillées, si la chose s’impose…!

Presseschau (Auswahl)

Spécialiste de la littérature romande qu'il enseigne à l'Université de Lausanne, Daniel Maggetti la fait découvrir ici en douze textes, autant que de mois dans l'année, semés à chaque fois d'un dicton: «Noël sans lune, De deux vaches on en mange une.» Leurs auteurs? Sept hommes et cinq femmes, certains célèbres, d'autres oubliés ou peu connus, Les plus anciens datent de 1796 et de 1840, le plus récent de 2000, les autres se situent entre les années 1940 et 1990. Même diversité dans les genres, des notes de journal à la nouvelle, de la lettre à la chronique, du récit au chapitre de roman. [...] (Isabelle Martin, Le Temps, 27.04.2002)