Double lumière

Brigitte Kuthy Salvi

«J'ai perdu la vue à l'âge de quinze ans et demi. Depuis, j'ai vécu en tentant de conserver intacte, contre vents et marées, ma part de «voyante», tout en m'éclairant d'émotions et perceptions nouvelles. J'ai choisi, de manière totalement subjective et libre, de raconter dans 44 textes le choc de l'irruption de la cécité, puis la recherche de la vue malgré tout. Je n'ai pas écrit une autobiographie, ni un témoignage au sens classique du terme, qui relaterait ma façon de vivre avec un tel handicap. Il ne s'agit pas non plus d'un journal intime. Certes, tout dans mon livre est empreint d'une grande intimité, puisque j'ose une approche très personnelle du sens profond de «voir», que l'on soit privé de la vue ou non.»

(Brigitte Kuthy Salvi)

Rezension

von Brigitte Steudler

Publiziert am 19/03/2009

Double lumière est l'invitation lancée à ses lecteurs par Brigitte Kuthy Salvi à partager le cheminement intérieur qui est le sien depuis trente-cinq ans alors qu'après avoir subi plusieurs décollements de rétine elle perd la vue. Par des mots simples, empreints de poésie et de délicatesse, l'auteure revient sur ce qui motive ces pages, communiquer ses angoisses, mais pas pour ce qu'elles ont d'effrayant: «Par bribes, j'ai eu la force de faire remonter des profondeurs la souffrance si bien enfouie pour la regarder en face, pour me l'approprier, elle aussi.»

De ses souvenirs d'avant la cécité, l'auteur évoque l'intensité provoquée chez elle par la beauté des nuits de Carthage découverte à neuf ans avec son grand-père. Luminosité de la nuit mais aussi éblouissement des étoiles. Moment fort auquel fait écho la nuit de son trentième anniversaire passé en plein désert. Ayant réussi à convaincre le guide touareg d'un groupe de marcheurs auquel elle s'est jointe de la laisser marcher le jour à ses côtés, l'auteure en retire un profond sentiment de liberté «Je pouvais marcher tout mon soûl, sans prendre le moindre risque dans cette immensité de sable, de vent et de vêtements légers. Je n'avais pas à être vigilante, à avancer de manière concentrée sur les dangers potentiels de mon chemin. Je me sentais libre! Je l'avais oublié, à force d'attentions et d'efforts depuis quinze ans à vivre sans «elle», pas à pas, jour après nuit…» De l'importance de ce souvenir de liberté enfouie au fond de son être auquel Brigitte Kuthy Salvi décide dès lors d'accorder une véritable place dans sa vie, fait écho la sérénité avec laquelle celle-ci jouit de l'intense bonheur de sa complicité retrouvée avec les étoiles et peut-être aussi les nuits de son enfance. «La nuit, je dormais peu. Couchée sur un petit matelas posé sur le sable, bien enveloppée dans un sac de couchage, j'étais trop heureuse pour pouvoir m'endormir. Je me sentais portée par les entrailles de la terre au-dessous de moi. L'air était frais mais doux sur mon visage et sur mes mains, posées à même le sable, caressant. J'entendais les autres qui observaient les étoiles, émerveillés du spectacle… Non, je n'étais ni triste ni envieuse. Ce qui m'habitait était si empreint de plénitude qu'il ne me manquait rien, pas même la vue en cet instant.»

Ce qui émerge de la quarantaine de fragments formant Double lumière, c'est toute l'importance du regard porté par Brigitte Kuthy Salvi sur les êtres qui lui sont proches et les regards dont elle se sent être le sujet. A lire attentivement ces courts textes, rien n'est plus enrichissant pour l'auteur que cette confrontation qu'elle choisit d'aborder ouvertement. En cette faculté réside sans aucun doute sa force. Brisée en deux par la perte de la vision, l'auteur réussit à s'adresser à la part d'elle qui ne voit plus. De cette partition assumée naissent cependant les pages les plus douloureuses de ce récit. Indissociable de sa propre identité, elle exprime un profond désarroi que seule une indestructible volonté arrivera à apaiser. «La révolte m'a fait prendre le chemin du combat. J'ai lutté sans relâche pour préserver en moi le goût de la vie. Tous les chemins empruntés tendent à cela.»

De cette longue lutte résultent des textes que nous découvrons avec une grande intensité. Outre la poésie dont sont empreints ces fragments, la subtilité des enchaînements font de cette lecture un moment riche de sens. Double lumière, portée par les réflexions de nature philosophique et existentielle que Brigitte Kuthy Salvi soulève, affine notre vision et notre perception de ce que la recherche d'un certain état intérieur de bien-être sous-entend pour chaque être humain, qu'il soit ou non porteur d'un handicap. Si la recherche menée par l'auteure pour sa «propre cause existentielle » est incomparablement plus difficile, celle-ci réussit néanmoins par ses propres ressources intérieures à transfigurer la difficulté de son vécu. Enfin, Double lumière ayant été achevé d'être imprimé le 1 er février, jour anniversaire de l'auteure, il nous faut ajouter que les Editions de L'Aire ont réussi en guise de cadeau à réaliser un particulièrement beau livre, portant en couverture, écrit de la main de l'auteur, cette adresse: «A vous dont le regard m'est si cher / Pour vous qui me rejoignez» Quelle plus belle invitation pouvait-elle concevoir en ce jour si particulier?